FANDOM


290px-Sambucus canadensis W IMG 3144
Les sureaux, arbustes et plantes herbacées du genre Sambucus, appartenaient à la famille des Caprifoliacées. Les travaux récents en systématique situent maintenant ce genre dans les Adoxacées. Le sureau est une plante nitrophile, sa présence indique donc un sol riche en azote. Les sureaux ligneux sont des arbustes à fleurs blanches ou de couleur crème qui se transforment ensuite en petits bouquets de baies rouges, bleues ou noires. Ces baies sont très appréciées des oiseaux.

ÉtymologieModifier

Le terme tient son origine du nom latin Sambucus1, qui est aussi la racine du mot « Sambuca », qui, lui, désigne la sambuca.

Différentes espècesModifier

Il existe en Europe trois espèces de sureaux :

  • Sambucus nigra, le sureau noir, aux baies noires, est l'espèce la plus répandue en Europe ;
  • Sambucus racemosa subsp. racemosa, sous espèce européenne et asiatique de Sambucus racemosa, appelé aussi sureau rouge ou sureau à grappes aux baies rouges ;
  •  Sambucus ebulus, le sureau hièble, est la troisième espèce dans les parties les plus froides de l'Europe de l'ouest. C'est un sureau herbacé rhizomateux dont les baies noires sont toxiques.

En Amérique du Nord, on trouve :

  • Sambucus canadensis, le sureau du Canada aux baies bleues, à l'est ;
  • Sambucus glauca, le sureau glauque aussi avec des baies bleues, à l'ouest ;
  • Sambucus racemosa subsp. pubens (= Sambucus callicarpa), sous-espèce nord-américaine de Sambucus racemosa, aux baies rouges se trouvent dans les parties les plus froides de l'Amérique du Nord.
  •  Sambucus mexicana

UtilisationModifier

Dans l'alimentationModifier

Aussi bien les fruits que les fleurs peuvent être transformés en vin de sureau qui est une boisson traditionnelle dans les pays nordiques, ou en sirop (sirop de sureau, gelée de sureau, limonade, ou en kéfir de sureau). La consommation des baies crues n'est pas conseillée, car elles sont légèrement toxiques et peuvent provoquer des vomissements surtout quand elles sont immatures. La toxicité est détruite lors de la cuisson. On peut aussi faire du «vinaigre de sureau» en laissant macérer au soleil, des fleurs de sureau dans du vinaigre de vin. Il est utilisé dans les salades, seul ou comme base de vinaigrette.

Le sureau sert à aromatiser la sambuca, une liqueur à base d'anis. Elle peut aussi servir à aromatiser la bière.

En jardinageModifier

Le purin de sureau (1 kg de feuilles dans 10 l d'eau mis à fermenter quelques jours) a de nombreuses vertus qui en font un grand allié du jardinier :

  • Répulsif contre les pucerons, chenilles et mammifères (comme les taupes par exemple)
  • Antifongique grâce à la sambucine qu'il contient.

Le sureau noir est parmi les arbres les plus visités par la faune. Son feuillage dense et les nombreuses fourches qu’offrent ses branches en font un lieu de choix pour les oiseaux nicheurs. Les abeilles sauvages et les guêpes profitent aisément de ses rameaux creux. Les fleurs attirent, en outre, quantité de butineurs : abeilles, papillons… et les baies font le régal des fauvettes des jardins, des merles noirs, des grives, des rouges-gorges, des passereaux…

Les feuilles de sureau accélèrent la décomposition du compost.

  • Les baies du sureau noir sont utilisables pour réaliser des coulis ou des gelées, seules ou associées à la mûre ou à la prune.
  •  Le sureau noir est un arbuste de 2 à 5 m de haut. Les baies comestibles du sureau noir se présentent sous la forme de parapluies suspendus (corymbes à port tombant). Leur goût s'apparente à la mûre ou au raisin.
  •  Le sureau hièble est une herbacée de 1 m de haut qui disparaît en hiver. Les baies toxiques du sureau hièble, situées au sommet des bouquets de feuilles, sont groupées en calices (corymbes à port dressé).

Pour les vertus thérapeutiquesModifier

Propriétés : élimination urinaire, facilite la digestion, anti-inflammatoire et sudorifique.

En tant que complément alimentaire, le sureau permettrait la réduction des effets de la grippe. En clinique: il adoucit la gorge et calme l'irritation bucco-pharyngée.

En pays neuchâtelois (Suisse romande), les grands aînés disent que le sirop de baies noires de sureau est bon contre la toux.

Pour l'écritureModifier

Les baies peuvent fournir une encre dont la couleur varie du bleu au violet selon sa composition.

Pour faire de l'encre, il faut broyer les baies dans l'eau, puis les laisser macérer pendant une journée afin que les fruits dégorgent. Pendant la macération, ajouter deux sachets de thé. Le thé est riche en tanin, qui fixe très bien les couleurs. Filtrer le macérat et le faire réduire en le portant à ébullition. Ajouter de l'alun en poudre et de la gomme arabique finement broyée. Mélanger et continuer à faire réduire jusqu'à obtention de la concentration appropriée.

MusiqueModifier

Le cœur tendre des branches de sureau peut facilement être évidé, ce qui rend cette plante idéale pour la confection d'instruments à vent simples tels que le mirliton, le fifre ou le sifflet.

Anecdote historiqueModifier

Le chroniqueur Grégoire de Tours écrit à propos du milieu du VIe siècle après J.C :

  • «  En ce temps, nous vîmes l’arbre que nous appelons sureau porter des raisins, sans aucune accointance avec la vigne ; et les fleurs de cet arbre, qui, comme on sait, produisent une graine noire, donnèrent une graine propre à la vendange ; et l’on vit entrer dans l’orbite de la lune une étoile qui s’avançait à sa rencontre. Je crois que ces signes annonçaient la mort du roi. Celui-ci, en effet, devenu très infirme, ne pouvait remuer de la ceinture en bas : il mourut peu de temps après, la septième année de son règne » (en 553). 
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .