FANDOM


220px-Galissonnière Muscadet 2007
Le muscadet est un vin blanc sec d'appellation d'origine contrôlée produit principalement dans la Loire-Atlantique au sud de Nantes et débordant partiellement sur le Maine-et-Loire et la Vendée. Ce vin du vignoble de la vallée de la Loire est issu d'un cépage unique, le melon de Bourgogne. Cette appellation est classée AOC depuis 1937 et couvre une superficie de 13 000 hectares.

Le vignoble du muscadet comporte plusieurs appellations : le muscadet-sèvre-et-maine, le muscadet-côtes-de-grandlieu, le muscadet-coteaux-de-la-loire et le muscadet sans dénomination particulière. Le muscadet est un vin sec aux arômes floraux et fruités qui peut être élevé sur lie d'où il tirera une légère effervescence dite « perlante ». Ce vin s'accorde particulièrement bien avec les fruits de mer.

HistoireModifier

De l'Antiquité à la RenaissanceModifier

La tradition de la viticulture, dans la région nantaise où est produit le muscadet, date d’un décret de l’empereur romain Probus dont les soldats plantèrent les premières vignes sur le territoire.

La viticulture s'y est développée au cours du Moyen Âge sous l’impulsion des moines des abbayes du Pays nantais, dont Saint-Martin-de-Vertou et Saint-Philbert-de-Grand-Lieu. Ces vignes produisaient des vins acides qui ne pouvaient être comparés aux « vins d'amont » venus d'Anjou et de Touraine.

Au XVIIe siècle, sous la pression des courtiers hollandais, recherchant ces petits vins pour l'alambic, le vignoble va connaître un grand développement : jusqu'à la Révolution française la Bretagne fait partie des « provinces réputées étrangères » (avec la Guyenne, la Saintonge, le Languedoc, la Provence, le Dauphiné, le Lyonnais, la Flandre et l'Artois) ce qui fait que les traites (taxes sur les marchandises) sont levées à ses frontières, notamment à la barrière d'Ingrandes sur la Loire. Ainsi, les vins du pays nantais, exportés depuis le port de Nantes, sont moins chers que leurs voisins angevins ou tourangeaux.

Période moderneModifier

Dès 1635, le mot « muscadet » est attesté dans un document du village de Gorges. Par la suite, le cépage Melon fut introduit dans cette région viticole car il se révèlait plus résistant au froid. Les origines exactes du vin de Muscadet, et son association avec le Melon de Bourgogne sont peu claires.

Un domaine proche de Nantes, le château de la Cassemichère, soutient que les premiers vins issus de melon de Bourgogne utilisés pour produire du muscadet furent transportés de Bourgogne et plantés dans le vignoble nantais en 17409.

Cependant, la plupart des ampélographes pensent que le cépage melon de Bourgogne fut introduit dans le Pays nantais au XVIIIe siècle par des marchands hollandais.

L’expert français en viticulture, Pierre Galet, suggère que Louis XIV ordonna lui-même la plantation du melon de Bourgogne après les gelées dévastatrices du « Grand Hiver de 17099 ». Le cépage fut introduit dans cette région viticole car il se révélait plus résistant au froid.

Période contemporaineModifier

XIXe siècleModifier

La fin du XIXe siècle voit le vignoble nantais (muscadet et gros-plant) touché par le phylloxéra comme la plupart des vignobles français. Ce puceron importé accidentellement d'Amérique vers 1860 dévore les racines de la vigne et provoque la mort du cep. Un seul traitement se révèle efficace : le greffage. Cette technique consiste à fixer un greffon de vigne melon de Bourgogne (pour le muscadet) sur un porte-greffe, plant américain résistant à l'insecte térébrant. Des pépinières viticoles sont créées à partir de 1889 et le greffage est enseigné dans les écoles.

XXe siècleModifier

Au XXe siècle, le muscadet n'est plus aussi en faveur dans le monde viticole ; on le taxe de vin homogène et simple. La fin du XXe siècle voit son retour au premier plan dans sa région de production avec des producteurs expérimentant de nouvelles techniques de vinification pour amener plus d’arôme et de complexité dans le vin. Les années 1980 voient un essor dans l’utilisation de barriques en chêne pour la cuvaison et la fermentation sur lie. Les années 1990 introduisent l’utilisation de la technique de la macération avant la fermentation. Ces différentes techniques amènent une grande diversité de style et de qualité du muscadet.

XXIe siècleModifier

En 2012, le maire de Nantes Jean-Marc Ayrault devient Premier ministre. Par mesure d'économie, il fait remplacer le Champagne par le Muscadet lors des réceptions de l'hôtel Matignon.

ÉtymologieModifier

C’est au domaine de l’Oiselinière à Gorges que l'on trouve le plus ancien parchemin daté de 1635, mentionnant l’existence du plant « Muscadet ». L’origine de l’appellation « Muscadet » est une exception. En effet, les vins AOC sont nommés d’après leur région de production ou leur cépage (ce dernier cas pour les vins d’Alsace seulement). Or, le terme muscadet semble se référer à l’une de ses caractéristiques : un « vin qui a un goût musqué ». Cependant, l’expert en vin Tom Stevenson note que le muscadet n’est pas beaucoup musqué comme le pourrait être un vin issu de Muscat.

Le Muscadet est aussi connu sou le nom de "vin de Vallet". Ainsi dans le tome 16 de 1908 du Journal d'agriculture pratique :

  « Les voyageurs qui visitent les villes de la Loire maritime, Nantes ou Saint-Nazaire, n'ont pas manqué d'être frappés de la fréquence des enseignes : "Au bon vin de Vallet" ou "A la renommée du vin de Vallet". À table d'hôte, ils ont entendu réclamer encore ce même vin. Cela équivaut au vin blanc doux de Seyssel ou à la clairette de Die, chers aux Lyonnais, avec quelque chose de plus cependant. Le vin de Vallet est pour la Bretagne nantaise une sorte de gloire nationale. Sans mériter des éloges dithyrambiques qui associeraient le vallet aux sauternes, ni même aux graves, ce vin est délicat, parfumé, et volontiers se laisse boire ; j'ai connu des Méridionaux convaincus de la supériorité de leurs vins, et qui s'extasiaient devant le bouquet de ce liquide breton ; ils s'émerveillaient bien plus encore lorsqu'ils traversaient le vignoble et constataient qu'il y avait vraiment de la vigne, beaucoup de vigne, depuis la côte de Pornic jusqu'à l'Anjou, et aussi sur les pentes de la Loire tournées vers le Sud : Sillon-de-Bretagne, collines d'Ancenis. Ce vignoble, particulièrement dense au sud de Nantes, sur les deux rives de la Sèvre nantaise et jusqu'au lac de Grand-Lieu, puis autour de cette vaste nappe d'eau, frappe par un aspect particulier, bien différent de celui des vignes du Sud-Ouest, du Centre et de l'Est. Il n'a pas d'échalas et, par là, rappellerait les plantations du Languedoc et de Provence, si les lignes n'étaient aussi serrées. Cependant, sur bien des points, on commence à diriger les plants sur fil de fer. »

Un règlement édité par Charles VI en 1415 mentionne le commerce du vin de Muscadet, aussi écrit Musquadet :

   « Et entant qu il touche les autres tavernes que il fault crier en ladicte ville tant de Garnache Malvoisie vin de Lieppe vin d'Osoye vin Bastart vin de Rosette vin de Muscadet comme tous autres vins estrangers lesdis crieurs auront pour les crier quatre solz parisis pource que ilz les crieront par tous les carrefours et es hostelz royaulz de ladicte ville de Paris. »

— Des crieurs de vins et de corps, Février 1415, Règlement général de police pour la juridiction du prévôt des marchands et échevins de Paris, et établissement de plusieurs offices pour la surveillance des ports et marchés de la même ville (C.L.X., 257.)

Terroir et vinsModifier

Les vins du Muscadet sont vinifiés en blanc sec à partir d'un cépage unique, le melon. On le retrouve aussi sous les dénominations de melon de Bourgogne, gamay de Bourgogne ou melon musqué. D’autres cépages sont cultivés dans le vignoble nantais mais n’ont pas le droit à l’appellation muscadet. Parmi eux figurent la folle blanche, le cabernet franc, le gamay, le cabernet sauvignon, le pinot noir, le chenin blanc, le pinot gris, le grolleau et la négrette. Cependant ils peuvent bénéficier d’autres appellations comme « VDQS » (coteaux-d'ancenis, fiefs-vendéens ou gros-plant-du-pays-nantais).

Le muscadet se caractérise par sa légère acidité, son côté à la fois minéral mais aussi floral, et surtout par son perlant (légère effervescence qui se ressent sur le bout de la langue) qui en fait un vin très rafraîchissant.

Gastronomie, température de service et durée de gardeModifier

Le muscadet est généralement reconnu pour particulièrement bien accompagner les fruits de mer. Il est d'ailleurs très connu pour s'accorder avec les huîtres, les poissons en sauce, les sardines, le maquereau au vin blanc, la plupart des fromages (principalement les chèvres de la région de la Loire), mais aussi les charcuteries (en particulier lorsqu'il s'agit de millésimes plus anciens : 2003, 2005 qui furent de très bonnes années). La température de service se situe entre 9 et 11° C. Le Muscadet se déguste généralement dans les trois ans qui suivent la récolte, mais les meilleurs vins des meilleurs millésimes peuvent se conserver plus d'une décennie.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .