FANDOM


Olive
Une huile est un corps gras qui est à l'état liquide à température ambiante et qui ne se mélange pas à l'eau.

Les huiles sont des liquides gras, visqueux, d'origine animale, végétale, minérale ou synthétique. Elles se différencient des graisses qui sont pâteuses dans les conditions normales d'utilisation. Le beurre n'est pas considéré comme une huile bien qu'il soit liquide dans certains pays chauds. Dans les pays tempérés, certaines huiles, normalement liquides, peuvent se figer par temps froid.

ÉtymologieModifier

Le nom vient du latin oleum (huile d'olive), qui a donné dans le vieux français olie puis uile, puis huile. Le « h » initial, qui n'a aucun caractère étymologique, a été ajouté à l'époque des copistes où le « u » et le « v » s'écrivaient de manière identique pour éviter toute confusion entre « uile » et « vile ».

Le mot latin oleum vient à son tour du grec « ἔλαιον » (elaion), « huile d'olive, huile », mot qui vient du grec « ἐλαία » (elaia), « olivier ». Composition

Les huiles végétales sont essentiellement constituées d'acides gras et les huiles animales d'esters de la glycérine. On différencie :

  • les huiles alimentaires, d'origine animale ou végétale. Elles sont fabriquées dans les huileries par des huiliers, le plus souvent par pressage des graines d'oléagineux. Il est dit à froid, s'il se fait à une température inférieure à 50 °C ;
  • les huiles essentielles, obtenues par divers procédés d'extraction, dont la distillation, en raison de leur très faible concentration dans le produit de base. Elles sont utilisées dans les parfums, les huiles parfumées et les produits de soins corporel ;
  • l'huile minérale, un mélange d'hydrocarbures. Aux États-Unis, le pétrole est considéré comme une huile. Elle peut aussi provenir de la distillation de la houille ou des schistes bitumineux. Elles sont traditionnellement utilisées pour la lubrification mécanique ;
  • l'huile moteur, utilisée pour la lubrification des moteurs à explosion ; les huiles de synthèse, largement utilisées pour la lubrification des moteurs mais aussi pour de nombreuses autres applications ; elles appartiennent à des familles chimiques très diverses : esters phosphoriques, silicones, ...

Note : le beurre, le suif, le saindoux, etc. sont des graisses d'origine animale, mais les graisses utilisées en lubrification résultent du mélange de deux constituants essentiels, une huile de base et un savon, auxquels on adjoint de petites quantités d'autres substances ou additifs.

Les principaux acides gras que l'on trouve dans les huiles sont l'acide oléique, l'acide palmitique, l'acide linoléique et l'acide stéarique.


Huiles végétalesModifier

Les huiles végétales sont pour certaines comestibles et pour d'autres seulement utilisées dans l'industrie, en peinture, en savonnerie ou en pharmacie.

Les principales huiles végétales, en termes de production, sont :

Voir la liste des huiles alimentaires.

Il existe aussi des matières grasses végétales à l'état solide à température ambiante : beurre de karité, beurre de cacao, ... Huiles animales

Les huiles animales sont aussi utilisées dans l'industrie, en peinture, en savonnerie ou en pharmacie. Les principales huiles et graisses animales sont :

  • les huiles de poisson ;
  • l'huile de baleine ;
  • l'huile de cachalot ;
  • l'huile de phoque ;
  • l'huile de foie de morue ;
  • le suif ou graisse de bœuf ;
  • le saindoux ou gras de porc;
  • l'huile d'émeu ;
  • l'huile de pied de bœuf.

Huiles minéralesModifier

Les huiles minérales sont obtenues par distillation de la houille, du pétrole ou de certains schistes bitumineux et servent essentiellement comme lubrifiants des organes mécaniques des machines et des moteurs. Elles sont également souvent utilisées dans les produits cosmétiques.

Une tache d'huile minérale sur un papier peut être éliminée en chauffant suffisamment, ce qui n'est pas le cas pour une tache d'huile végétale ou animale. Utilisation Usage alimentaire Article détaillé : Huile alimentaire. Usage comme combustible Articles détaillés : Huile végétale (combustible), Huile animale (combustible) et Huile minérale (combustible).

  • Les huiles végétales (huile de colza, ...) et les huiles animales (huile de baleine, ...) furent utilisées comme combustible depuis des temps très anciens, notamment dans les lampes à huile. Elles étaient encore utilisées au XVIIIe siècle comme source principale d'éclairage. Avec l'arrivée du gaz d'éclairage début XIXe siècle, l'huile restera la source d'éclairage principale, souvent à l'intérieur des habitations, presque toujours, dans les régions où le gaz d'éclairage ne s'est pas implanté. Pour obtenir du gaz d'huile, on distillera l'huile de colza et de l'huile de baleine. Le bon pouvoir éclairant du gaz d'huile, en ferra un concurrent sérieux au gaz de houille majoritaire. Il sera probablement utilisé dans des contextes où l'intensité lumineuse doit être privilégié sur l'économie. 
  • Les huiles minérales furent aussi utilisées comme combustible, notamment dans des lampes à huile. Les historiens de l'Antiquité rapportent des usages très anciens du naphte, les affleurements de pétrole que l'on trouve fréquemment au Moyen-Orient et en Asie centrale. L'industrie pétrolière naît en Roumanie en 1857, et la première raffinerie à Ploieşti, alimente les 1 000 lampes à huile de l'éclairage public de Bucarest4. Fin XIXe siècle, les pétroles se déversent progressivement sur le marché européen. On utilise les résidus visqueux de la distillation du pétrole (Bitumes), lesquels sont à bas prix et les huiles minérales pour la production de gaz combustible5 : le gaz de pétrole, le gaz Pintsch et le gaz Blau seront utilisés comme gaz d'éclairage notamment dans les voitures de chemin de fer et dans les phares, et comme carburant dans certains dirigeables.

Avec les développements de l'électricité (1880), du pétrole, et du gaz naturel (1960), les applications de l'huile, comme combustible liquide, ou gaz combustible, disparaissent peu à peu.

Les huiles végétales (mais plus largement la biomasse) suscitent un nouvel intérêt dans des applications de gazéification et de cogénération.


Sens du mot huileModifier

  • Les expressions huile de coude ou huile de bras font référence à l'effort musculaire, à la dépense physique pour effectuer une tâche : N'ayez pas peur d'employer l'huile de coude signifie « il faut travailler énergiquement ». 
  • L'expression faire tache d'huile a le sens de s'accroître, de se répandre, de s'étaler, à la manière de huile sur la surface de l'eau. Le terme a aussi pris le sens d'un exemple qui est très suivi. 
  • L'expression jeter de l'huile sur le feu signifie exciter des passions déjà très vives (la colère, le plus souvent).
  • L'expression mer d'huile désigne une mer très calme, parfaitement calme. 
  • L'expression mettre de l'huile dans les rouages ou mettre de l'huile dans les engrenages signifie faire preuve de sens du contact et de diplomatie pour éviter les heurts entre les personnes. Par extension, mettre de l'huile dans ses rouages signifie accepter finalement certains arrangements pour calmer le jeu dans une négociation ou un conflit. 
  • L'expression ça baigne dans l'huile ou tout baigne dans l'huile signifie que tout va bien, qu'il n'y a pas de problème, que tout se déroule normalement, sans anicroche et sans souci. 
  • L'expression peindre à l'huile signifie employer une peinture dont le liant est l'huile (peinture à l'huile). Par extension, un tableau à l'huile fait référence à un tableau exécuté avec de la peinture à l'huile. 
  • L'expression Saintes Huiles fait référence aux huiles consacrées utilisées pour un usage sacramentel dans la religion chrétienne (voir : saint chrême). 
  • Les « huiles », par exemple lors d'une réunion ou d'une inauguration, sont les personnes importantes, les chefs, les élus, les « pontes », etc.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .