FANDOM


Graine-pavot
On appelle pavots toutes les papavéracées du genre Papaver, regroupant plusieurs espèces allant du coquelicot (Papaver rhoeas) au pavot à opium (Papaver somniferum). Les pavots ont de grandes fleurs solitaires, souvent très colorées, à quatre pétales satinés et légèrement froissés, à sépales caducs. Les étamines sont nombreuses. Le pistil est undededxdxouhdczeic,$opkxxe capsule le plus souvent courte et renflée, portant à son sommet des stigmates disposés comme les rayons d'un cercle. La plante produitcezcefcqxFXQQFCDXA1 un latex blanc, les feuilles sont pennées ou bipennées. Les plants les plus anciens attestés en archéologie proviennent de Suisse et ils auraient pénétré le continent asiatique vers le XIIIe siècle av. J.-C. grâce aux Arabes.

Principales espècesModifier

Les pavots des moissonsModifier

  • Papaver argemone : Pavot argémone. Assez semblable au coquelicot par sa couleur, mais les pétales ne se chevauchent pas, la capsule est velue.
  • Papaver dubium : Pavot douteux. Très proche du coquelicot, s'en distingue surtout par sa capsule oblongue.
  • Papaver hybridum : Pavot hybride. Lui aussi très voisin du coquelicot, ses pétales sont plus sombres et tachés de noir à la base, sa capsule est velue.
  • Papaver rhoeas : Coquelicot.

Les pavots alpins et nordiquesModifier

  • Papaver alpinum L. s.l., est une espèce alpine d'Europe moyenne, qu'on rencontre de l'Espagne à la Bulgarie. Elle comporte plusieurs sous-espèces souvent élevées au rang d'espèce :
    • subsp. alpinum (Papaver burseri Crantz), le pavot de Burser à fleurs blanches, qu'on rencontre dans les Alpes centrales et orientales
    • subsp. kerneri (Hayek) Fedde (Papaver kerneri Hayek), le pavot de Kerner à fleurs jaunes, qu'on rencontre dans les Alpes orientales
    • subsp. rhaeticum (Leresche) Nyman (Papaver rhaeticum Leresche, Papaver aurantiacum Loisel.), le pavot doré, pavot orangé ou coquelicot d'or : espèce rencontrée dans les Pyrénées orientales, les Alpes françaises, notamment dans le Vercors, et les Alpes orientales depuis les Grisons. Les fleurs sont jaunes ou orangées, rarement rouges ou blanches.
    • subsp. sendtneri (A. Kern. ex Hayek) Schinz & R. Keller (Papaver sendtneri A. Kern. ex Hayek), le pavot de Sendtner à fleurs blanches, qu'on rencontre dans les Alpes centrales et orientales
  • Papaver lapeyrousianum Gutermann ex Greuter & Burdet, le pavot de Lapeyrouse à fleurs orangées, endémique des Pyrénées centrales.
  • Papaver tatricum (A.Nyár.) Ehrend. (Syn. Papaver alpinum subsp. tatricum Nyár.), le pavot des Tatras à fleurs blanches qu'on rencontre dans les Carpates.
  • Papaver radicatum Rottb., pavot arctique : montagnes et régions arctiques circumpolaires, notamment en Scandinavie. Les fleurs sont jaune pâle, le latex est blanc ou jaune.
  • Papaver lapponicum (Tolm.) Nordh., le pavot de Laponie, très semblable et souvent considéré comme une sous-espèce de P. radicatum, se rencontre dans les mêmes régions.
  • Papaver nudicaule L., le pavot d'Islande : espèce subarctique d'Asie et d'Amérique du Nord, ordinairement bisannuelle, dont diverses sélections à fleur blanche, jaune ou orange sont cultivées comme plantes d'ornement.

Les pavots d'OrientModifier

  • Papaver orientale : pavot vivace, dont de nombreuses sélections sont cultivées comme plantes d'ornement.
  • Papaver somniferum : pavot somnifère, pavot à opium, pavot. Son latex est à l'origine de l'opium.

Espèces apparentéesModifier

  • Meconopsis betonicifolia : coquelicot bleu de l'Himalaya, appelé aussi pavot bleu de l'Himalaya.
  • Meconopsis cambrica, pavot du Pays de Galles, présent dans le centre et le sud-ouest de la France.
  • Glaucium flavum, le pavot cornu, présent sur les sables du littoral méditerranéen et des côtes atlantiques.

Liste des espècesModifier

  • Papaver alboroseum Hultén
  • Papaver alpinum L.
  • Papaver argemone L.
  • Papaver bracteatum Lindley
  • Papaver californicum Gray
  • Papaver croceum Ledeb.
  • Papaver dahlianum Nordh.
  • Papaver dubium L.
  • Papaver glaucum Boiss. et Hausskn.
  • Papaver gorodkovii Tolm. et Petrovsky
  • Papaver hybridum L.
  • Papaver lapponicum (Tolm.) Nordh.
  • Papaver macounii Greene
  • Papaver mcconnellii Hultén
  • Papaver nudicaule L. (comestible)
  • Papaver orientale L.
  • Papaver pinnatifidum L.
  • Papaver pseudo-orientale (Fedde) Medw.
  • Papaver pygmaeum Rydb.
  • Papaver radicatum Rottb.
  • Papaver rhoeas L. (comestible)
  • Papaver setigerum DC.
  • Papaver somniferum L.
  • Papaver × strigosum (Boenn.) Schur (pro sp.)
  • Papaver walpolei Porsild

Économie et productionModifier

TransformationModifier

Par incision du pavot blanc et, plus largement, de tous les fruits des pavots, on obtient une gomme blanche : l'opium. Celle-ci est transformée en morphine pour un usage médical (elle est aussi un puissant analgésique utilisé sous la forme de chlorhydrate), ou pour un usage illégal (trafic de drogue) dans des laboratoires clandestins. La morphine, peut elle-même être transformée en diacétylmorphine plus connue sous le nom d'héroïne. La Boreprus Tatanum est également un dérivé peu connu du pavot synthétisé à partir du pollen de Menocopsis betonicifolia, cultivé principalement dans les marais de Biélorussie.

UtilisationModifier

Les graines de pavot noir servent à la fabrication de l'huile d'œillette utilisée dans la peinture à l'huile.

Utilisation culinaireModifier

Valeur nutritionnelle moyenne

pour 100 g

Apport énergétique
Joules 1976 kJ
(Calories) (477 kcal)
Principaux composants
Glucides 4,20 g
- Amidon  ? g
- Sucres  ? g
- Fibres alimentaires 20,5 g
Protéines 23,8 g
Lipides 42,2 g
- Saturés 4850 mg
- Oméga-3 420 mg
- Oméga-6 30700 mg
- Oméga-9 4470 mg
Eau 6,10 g
Cendres totales 6,80 g
Minéraux & Oligo-éléments
Calcium 1460 mg
Chrome 0,012 mg
Cobalt 0,015 mg
Cuivre 1,0 mg
Fer 9,5 mg
Magnésium 333 mg
Manganèse 12 mg
Nickel 0,130 mg
Phosphore 854 mg
Potassium 705 mg
Sodium 21 mg
Zinc 8,1 mg
Vitamines
Vitamine B1 0,860 mg
Vitamine B2 0,170 mg
Vitamine B3 (ou PP) 0,990 mg
Vitamine B6 0,440 mg
Acides aminés
Acide aspartique 2730 mg
Acide glutamique 5780 mg
Alanine 1390 mg
Arginine 2830 mg
Cystine 510 mg
Glycine 1450 mg
Histidine 720 mg
Isoleucine 1230 mg
Leucine 1960 mg
Lysine 1390 mg
Méthionine 430 mg
Phénylalanine 1100 mg
Proline 1480 mg
Sérine 1040 mg
Thréonine 1200 mg
Tryptophane 380 mg
Tyrosine 420 mg
Valine 1670 mg
Acides gras
Acide palmitique 4050 mg
Acide stéarique 800 mg
Acide oléique 4470 mg
Acide linoléique 30700 mg
Acide alpha-linolénique 420 mg

La graine de pavot, de couleur bleue à noire suivant les variétés, est une petite graine oléagineuse. On utilise ces graines sur certains pains spéciaux ainsi que sur certains biscuits apéritifs. Elles ont une saveur délicate de noisette ou de pignon et corsent les préparations d'un goût acre selon leur proportion. Les graines blanches ne se montrent pas aussi gustatives mais servent de liant dans la préparation des poudres de carry. En Europe de l'Est, en Pologne, en Autriche ou en Hongrie par exemple, les graines de pavot sont très utilisées pour la fabrication de pâtisseries. Ces graines sont transformées en pâte, laquelle servira à garnir l'intérieur du futur gâteau. Celui-ci est une des pâtisseries nationales de la Hongrie. En Pologne, notamment dans le sud — dans la région minière de Silésie — le pavot est presque systématiquement utilisé dans les pâtisseries.

Le pavot était nommé chanotte dans la région de Toul. Les cuisinières faisaient la quiche au pavot : après avoir écrasé les graines, on les incorporait à la « migaine ». En raison de leurs vertus apaisantes, les jeunes mamans mettaient également des graines de chanotte dans le biberon des enfants afin de les calmer.

Les graines de pavot sont réputées en diététique pour la qualité de leur huile riche en acides gras poly et mono-insaturés, connue sous le nom d'huile d'œillette, ainsi qu'en protéines de type légumineuses.

Les principes actifs narcotiques de l'opium sont présents à l'état de traces (approximativement 0.005 % de morphine) dans les graines et n'ont pas d'incidence dans son usage alimentaire. Il n'existe pas d'allergie connue ni de contre-indication à la consommation des graines de pavot. Suivant la difficulté à reconnaître empiriquement les effets actifs des graines, même à grande dose, l'encyclopédie de Diderot estimait que les graines de pavot ne contiennent aucune trace de morphinique3. Cependant les graines et les préparations culinaires à base de graines de pavot ont la réputation d'aider à lutter contre le froid et ses symptômes au cœur de l'hiver. L'absorption de 50 grammes de graines de pavot bleu, que pourraient contenir deux belles tranches de gâteau bien fourré, possède en effet un potentiel et une composition médicinale comparable à un usage d'opium officinal à petite dose (25mg, dont 2.5 de morphine base) mais elle n'en présente pas les commodités d'administration ni d'assimilation de ce dernier. L'usage de doses plus importantes ou concentrées se montre indigeste et en limite fortement la consommation, même en décoction ou en extrait. Ceci fait que les graines de pavot utilisées en grande dose dans l'alimentation peuvent avoir un effet positif sur la santé et même l'humeur, sans avoir la capacité d'atteindre un dosage qui soit sensible pour l'individu enfant ou adulte.

L'infusion de pétales de pavot a un effet sédatif tout autant qu'adoucissant sur les voies digestives et respiratoires. Le pavot coquelicot est préféré en tisane pour ses vertus, son goût et sa commodité de récolte et de conservation. Sèches, et à dose égale, les pétales possèdent la même capacité sédative que les graines. La teinture rouge du coquelicot sert à colorer des aliments, dont des fromages.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .