FANDOM


Canneberge2
La canneberge, la grande airelle rouge d’Amérique du Nord, l’atoca ou l’ataca (au Québec) ou encore souvent appelée par son nom anglais dans les produits industriels en Europe, cranberry, est un arbrisseau qui croît dans les tourbières des régions froides. Sa présence caractérise les sols à sphaignes, imbibés d'eau.

DescriptionModifier

La canneberge est une plante vivace qui pousse à l'état sauvage dans les tourbières acides. L'arbrisseau à feuilles persistantes ne dépasse pas 30 cm de haut. Bien cultivé, ce végétal peut vivre plus de cent ans.

Ses rameaux minces et rampants peuvent atteindre une taille de 80 cm.

Ses fleurs sont petites, ovales et roses. Contrairement à la majorité des espèces de Vaccinium, les corolles ne sont pas en forme de clochettes mais ouvertes. Quelques très rares bourdons ont été observés comme pollinisateurs.

Ses baies sont rouges.

Le jus de canneberge, peu consommé en France avant 2000, mais courant en Angleterre, en Amérique du Nord et en Russie, entre dans la composition de nombreux cocktails (dont le Cosmopolitan ou le Cointreaupolitan). Son goût acidulé, astringent et âpre le différencie des autres jus et nectars de fruits. Comme le vin rouge, il comporte une certaine densité de tanins qui renferment des composés antioxydants.


DénominationsModifier

Au Québec, on emploie principalement le terme canneberge, bien que l'on utilise parfois également « atoca » ou « ataca », noms empruntés aux langues iroquoises. En abénaki (une langue algonquienne), on disait popokwa pour désigner cette plante.

En Acadie, on l'appelle souvent canneberge, parfois « pomme de pré ».

En France, on nomme cette plante également grande airelle rouge d’Amérique du Nord. Cependant le terme anglais « cranberry » tend à s'imposer en France, parce que l'industrie agroalimentaire (principalement une société américaine) et l'industrie cosmétique privilégient pour leurs produits ce terme anglophone.

Le nom anglais « Cranberry » vient du mot crane-berry ancien nom américain de la plante qui veut dire « baie de grue » parce que ses fleurs, au début de la floraison, poussent vers le sol et ressemblent à une tête de grue. Il se peut aussi qu'une plante européenne (Vaccinium oxycoccos) ait eu ce nom, et que la canneberge d'Amérique (Vaccinium macrocarpon) se soit vu donner ce nom par sa ressemblance avec elle. Les Britanniques appelleraient Vaccinium oxycoccos plutôt « marshwhort » ou « fenberries ». L'appellation « canneberge » viendrait de la ressemblance de la tige terminale supportant la fleur à une canne de berger.

UtilisationModifier

Présentations des produitsModifier

La canneberge est commercialisée fraîche depuis la période de récolte (septembre) jusqu'à la fin de l'année, le fruit se conservant bien naturellement. Elle est aussi vendue sous forme de jus pur ou en mélange, et de fruit séché, dans les magasins de produits diététiques et bio, ainsi que sous forme de complément alimentaire (gélules, comprimés, sachets, etc.) en pharmacie.


GastronomieModifier

Seules ou mélangées à des pommes, du raisin, de la framboise ou d'autres baies, les canneberges servent à la fabrication de plus de dix millions de litres de jus de fruit par an. L'exportation se développe, surtout vers la Grande-Bretagne. Ils sont également utilisés pour faire des confitures, des shampooings ou/et d'autres cosmétiques.

La dinde aux canneberges est un plat traditionnel américain servi à l'occasion de l'Action de grâce (Thanksgiving). En Suède, une variété d'airelles appelée lingon entre aussi dans la composition de nombreux plats traditionnels comme le Köttbullar, recette de boulettes de viande. Qualités thérapeutiques Des canneberges fraîches. Au premier plan quelques fruits coupés permettent de voir les alvéoles du fruit et les petites graines

Le fruit de la canneberge (cranberry) (Vaccinium macrocarpon) est reconnu pour ses qualités thérapeutiques, en premier lieu en tant qu'antioxydant, qualité mesurée par exemple par la valeur ORAC (Oxygen radical absorbance capacity)14. La méthode ORAC (pour Oxygen Radical Absorbance Capacity) a été utilisée par l'USDA (United States Department of Agriculture) pour évaluer les aliments ayant un fort pouvoir antioxydant. La méthode était complexe dans le détail et donnait plutôt une fourchette de valeurs. L'USDA ne considère plus les valeurs ORAC comme ayant une valeur scientifique.


AntioxydantsModifier

La canneberge est riche en vitamine C et en antioxydants, en particulier des flavonoïdes. Bien que cela ne soit pas démontré scientifiquement, certains courants de médecine alternative affirment que les antioxydants permettent de neutraliser les radicaux libres du corps et, ainsi, de prévenir l'apparition de certains cancers, de maladies cardiovasculaires, et de diverses maladies liées au vieillissement.

Infection urinaire (cystites)Modifier

Ce fruit contient un élément particulier, la proanthocyanidine de type A (PAC A). Ce composé empêcherait certaines bactéries Escherichia coli responsables des cystites d'adhérer à la vessie et de causer l'infection. Ne bénéficiant pas de point d'ancrage, ces bactéries sont alors naturellement éliminées par les voies naturelles.

Prévention des infections urinaires : boire de 250 ml à 500 ml par jour de cocktail de canneberge (ce qui équivaut à 80 ml à 160 ml de jus pur), ou prendre, deux fois par jour, l'équivalent de 300 mg à 400 mg d'extrait solide sous la forme de capsules ou de comprimés. On peut également consommer les fruits frais ou congelés à raison de 125 ml à 250 ml par jour.

La canneberge d’Europe (Vaccinium oxycoccos) n'est pas validée pour l'usage dans la prévention des infections urinaires.

Débat sur les qualités thérapeutiques de la canneberge: Des études divergentes concernent l'effet du jus de canneberge sur les infections urinaires. Selon certaines études, il n'y a pas d'effet sur les infections urinaires, même sur certaines sous-populations. Une étude retient l'intérêt de la canneberge en comparaison au traitement aux antibiotiques, à cause des effets secondaires moindres et de l'inconvénient de la sélection des souches résistantes avec les antibiotiques. Selon d'autres auteurs, la canneberge contient une substance particulière, la proanthocyanidine de type A (PAC A), un polyphénol qui contribue à diminuer la fixation, sur les parois des voies urinaires, de certaines bactéries coliformes (Escherichia coli) souvent responsables d'infections urinaires. Ces études qui mettent en avant un effet protecteur et non curatif ont été validées par plusieurs avis de l'administration française.

L'EFSA, dans le cadre de la révision de toutes les allégations de santé (Règlement 1924/2006), a jugé que les études fournies n'étaient pas suffisantes pour étayer les allégations de santé concernant les infections urinaires.

L'actualisation des revues systématiques des publications scientifiques par la Collaboration Cochrane ne permet pas de recommander le jus de canneberge pour la prévention des infections urinaires à répétition.

Soins dentairesModifier

La canneberge pourrait aussi être efficace pour soigner ou prévenir la gingivite et la parodontite (inflammation des gencives).

La proanthocyanidine, dont les effets antiadhésifs sur certaines bactéries responsables des infections urinaires sont probables (voir plus haut), permettrait également d'éliminer certaines bactéries dentaires en créant une sorte de film protecteur.

Il est important de noter que les jus commerciaux offerts sur le marché ont une teneur élevée en sucre et une forte acidité. Ils ne sont donc pas bienfaisants en ce qui concerne l’hygiène buccale.

AutresModifier

D'autres effets ont été mis en évidence, comme l'amélioration de l'état général de la prostate.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .